Objectif du test TONI


Le test TONI-3 est un test qui prétend mesurer l’intelligence non verbale.

Où le trouver ?


Le test peut être obtenu auprès de PRO-ED (www.proedinc.com).
Le kit complet coûte environ 230€. Il vous faut être un psychologue en exercice pour pouvoir en faire commande.


Tranche d’âge


Il peut être administré entre 6 et 89 ans.


Description du test


Le TONI-3 est la troisième version révisée du TONI, publié pour la première fois en 1982 et révisé en 1990. Le TONI-3 est un peu plus court (10 éléments de moins) que le TONI-2 et a un échantillon de normalisation plus récent et plus important.


Le TONI-3 est un test d’intelligence qui n’implique pas la langue dans son administration, le contenu des items ou dans la modalité de réponse. Selon les auteurs, il est bien adapté à l’évaluation des patients souffrant d’aphasie, de dyslexie, de troubles du langage, de difficultés d’apprentissage et de troubles de la parole résultant un handicap de développement ou une déficience neurologique. Il serait également utile pour évaluer les personnes qui ont des difficultés à lire ou à écrire en raison d’une exposition limitée au français. Le manque de mots, de symboles, de chiffres ou d’images est censé réduire
le biais culturel du test.


Le test est composé de cinq éléments de formation et de 45 éléments de test de difficulté progressivement croissante. Les éléments ressemblent à la matrice des tests de type analogique ; chaque page représente une figure de stimulus et un
ensemble de réponses possibles (quatre ou six choix).
pour un échantillon. Les instructions de pantomimes de l’examinateur, et le sujet peut pointer, hocher la tête ou faire un geste en réponse. Les personnes souffrant de troubles moteurs profonds peuvent répondre par
clignement des yeux, hochement de tête, faisceau lumineux, ou par une autre méthode.


Selon ses auteurs, le TONI-3 n’est pas basé sur théorie particulière du renseignement. Toutefois, il est prévu pour mesurer l’intelligence générale (g) et pour mesurer l’intelligence fluide (Gf ) plutôt que l’intelligence cristallisée
(Gc). Pour mesurer les capacités non verbales, le raisonnement abstrait et la résolution de problèmes a été choisie comme base du TONI-3 parce qu’on pense qu’ils sont une composante majeure de l’intelligence générale, et qu’ils sont sollicités dans la vie quotidienne.


Le contenu couvre sept différents raisonnements abstraits et compétences en matière de résolution de problèmes : généralisation/classification, discrimination, raisonnement analogue, sériation, induction, déduction,
et la reconnaissance des détails.
Jensen (1980) suggère que les tests sans langue ni culture doit suivre sept lignes directrices : (1) évaluer les performances plutôt que les compétences papier-crayon, (2) fournir des instructions pantomimées, non verbales ou écrites, (3) inclure des éléments de pratique, (4) être inopportun, (5) avoir un contenu abstrait, (6) évaluer le raisonnement/ la résolution de problèmes plutôt que l’acquisition d’informations, et (7) utiliser une méthode de résolution de problèmes inédite, et non des informations déjà acquises. Selon les auteurs du test, le TONI-3 répond à tous ces lignes directrices.

Temps d’administration


Le test dure 15 à 20 minutes.


Administration du test


Il y a deux formulaires à remplir. Tous les candidats commencent par le numéro 1 ; un plafond est atteint lorsque le sujet échoue à trois des cinq points. Les éléments du test sont présentés dans un livre de stimulation en spirale. Les réponses sont enregistrées par l’examinateur sur une feuille de réponse séparée. Les candidats passent ensuite au formulaire numéro 2, qui se déroule de la même manière.


Notation


Les notes brutes sont converties en Quotients de déviation (c’est-à-dire en format de la note avec une moyenne de 100 et un de 15) et en grades percentiles. Une seule table de conversion est utilisée pour les deux formulaires car les deux formes sont “psychométriquement équivalentes” (Brown et al,1997, p. 43). On peut également en déduire des équivalents d’âge.

Cependant, les auteurs notent qu’ils doivent être utilisés avec une extrême prudence, à la fois en raison des limites psychométriques communément connues des équivalents d’âge et parce que les équivalents d’âge TONI-3 a impliqué un lissage, une interpolation et une extrapolation des distributions de partitions brutes originales.


Les effets démographiques


Âge


Les scores TONI-3 sont fortement liés à l’âge jusqu’à 17 ans ; puis plafonnent et commencent à décliner vers 60 ans.


Genre


Le manuel indique que les femmes obtiennent un score moyen de 101 sur le formulaire A du TONI-3, alors que les hommes ont une moyenne plus faible.
Toutefois, le manuel ne fait état d’aucun effet significatif sur les femmes.



Ethnicité


Le manuel indique que les personnes parlant l’anglais comme deuxième langue, les Afro-Américains et les hispanophones d’origine obtiennent des notes moyennes de 93, 95 et 96, respectivement, sur le TONI-3. Ceci est considéré comme une preuve de l’adéquation du test à travers la culture et l’ethnicité (Brown et al., 1997). Cependant, comme DeMauro (2001) souligne que cela signifie que les Afro-Américains obtiennent environ un tiers d’un écart type en dessous de la moyenne de l’échantillon total. Cela indique que le test peut ne pas être aussi indépendant de la culture que le prétendent les auteurs et peut être soumis à des influences culturelles.


Données normatives


Données de normalisation


Les normes sont basées sur 3451 sujets testés en 1995 et 1996.
Les données démographiques correspondent au recensement américain de 1990, stratifié selon l’âge, le sexe, la race, l’origine ethnique, le lieu, la communauté et d’autres facteurs liés au statut socioéconomique. Dans l’ensemble, le TONI-3 dispose d’un échantillon normatif complet, inclusif et bien construit.


Fiabilité


Fiabilité interne


La fiabilité interne est excellente. Le manuel fait état des rapports internes
fiabilité tant pour l’échantillon normatif que pour les sous-groupes définis par le sexe, l’ethnie et le handicap. Pour ceux-ci, les valeurs des coefficients alpha varient de 0,89 à 0,97.

Validité


Validité du contenu


Lors de l’élaboration du test, les éléments TONI-3 ont été sélectionnés avec soin et en ce qui concerne les théories du fonctionnement intellectuel non verbal, et ont été évaluées à l’aide de l’analyse classique des éléments et l’analyse du fonctionnement différentiel, cette dernière visant à éliminer les biais (voir p. 87-94 du manuel de test pour plus de détails).


Structure factorielle


L’analyse factorielle, décrite dans le manuel, confirme la présence d’un facteur général.


Corrélations avec les versions précédentes


Le manuel ne fournit pas de corrélations entre le TONI3 et les versions précédentes du test, ni d’informations sur les moyennes des différences de score entre les versions. On peut supposer que le TONI-3 donne des notes standard plus faibles que son prédécesseur parce qu’il est ancrée à un échantillon de normalisation plus récent. Ces informations seraient utiles aux cliniciens qui peuvent réévaluer les patients qui ont été testés à l’origine avec une version plus ancienne.


Corrélations avec d’autres tests de QI non verbaux


Les corrélations avec d’autres tests de QI non verbaux sont élevées.

Par exemple, sur un échantillon de 550 adultes mentionné dans le manuel, les corrélations avec un test de capacité non verbale, le CTONI étaient de 0,76 avec le score de QI complet, et de 0,74 et .64 avec les sous-échelles de QI non verbal pictural et géométrique (Brown et al., 1997).

Une étude récente menée auprès d’individus grecs avec la maladie de Parkinson a fait état d’une corrélation de 0,73 entre
les matrices progressives de Raven et le TONI-2 (Bostantjopoulou et al., 2001).


Corrélations avec les tests de QI standard


Les corrélations avec les tests de QI standard sont élevées (Brown et al,1997). Sur la base des informations présentées dans le manuel sur un petit groupe d’étudiants ayant des difficultés d’apprentissage, la corrélation avec le WISC-III FSIQ est élevé (r = 0,63), sans différences majeures entre les corrélations avec le VIQ et le PIQ (r = 0,59 et .56, respectivement). La corrélation avec le WAIS-R est également élevée dans ceux qui ont une DL (r = 0,73), avec une corrélation légèrement plus élevée avec
PIQ que VIQ (r = 0,75 et 0,57, respectivement). Il convient de noter que ces corrélations sont basées sur de très petits échantillons. En outre, aucune information sur les différences de performance moyennes entre ces échelles et le TONI-3 n’est réellement interprétable pour le moment. Les informations sur les d’autres groupes cliniques, ou sur la relation entre le TONI-3 et d’autres échelles de Wechsler plus récentes (c’est-à-dire WAIS-III, WISC-IV) fait également défaut.


Quinze études sur les recherches antérieures avec les programmes TONI-2 et les TONI sont présentés dans le manuel comme une preuve supplémentaire de la validité du test. Parmi ceux-ci, seuls trois ont des échantillons de plus de 50 individus et sont publiés dans des revues à comité de lecture. Ils indiquent une corrélation modérée entre TONI et WISC-R VIQ et une corrélation modérée à élevée avec le WISC-R PIQ (r = 0,44-,64) en cas de difficultés d’apprentissage et/ou de handicap mental chez les enfants.

Conclusion sur le TONI-3


Les atouts de la TONI-3 sont sa brièveté, le fait qu’il soit non-verbal, et son format adapté à la plupart des populations cliniques. Son manuel est adéquat pour certaines tranches d’âge, et les corrélations entre les formulaires présentées dans le manuel ne sont pas trop fortes à certains âges.


Les données de validité simultanée sur la relation entre le test et la norme des tests de QI tels que les échelles de Wechsler sont inadéquats (par exemple, les tests dérivés à partir de petits échantillons atypiques). En outre, comme le manuel se limite aux corrélations, il est difficile de déterminer comment les scores standard du TONI-3 se comparent aux scores des autres tests de QI. Par conséquent, il est pratiquement impossible, dans un contexte clinique, d’évaluer les changements chez les patients dont les scores de QI étaient basés sur d’autres tests de QI ou sur des versions antérieures de la TONI-3.

Les corrélations importantes avec les tests d’aptitude verbale et les connaissances acquises ne sont pas bien expliquées. Les informations sur les effets de la pratique font défaut, tout comme les informations sur la fiabilité test-retest dans des échantillons cliniques et chez les enfants.

Bien que le test TONI-3 puisse être utile comme mesure de dépistage, Sattler recommande d’utiliser plutôt les tests de Wechsler, SB-IV ou DAS, ou de compléter le TONI-3 par un test verbal. Bien que les auteurs du test affirment que celui-ci vise à identifier les sujets présentant des déficiences intellectuelles (Brown et al., 1997), nous ne recommandons pas ce test lorsqu’une déficience intellectuelle est suspectée.